Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 18:33

POV Lydie

Je ne comprends pas. Il a dit qu’il me ramènerait tous les jours, et finalement il a annulé. Ni le soir, ni le matin. En plus il m’a limite engueulée parce que j’ai laissé un peu de peau sur une carotte. Ensuite quand je me suis coupée, il m’a regardée froidement et m’a dit que la prochaine fois il m’envoyait en salle, problèmes avec les serveurs ou pas. Finalement, il m’a dit que sa cousine ne pouvait pas venir, mais que je faisais ce que je voulais avec Daisuke. Le pauvre, il n’a compris que son nom dans la conversation, mais en me voyant limite pleurer après, il a eu l’air inquiet. Il m’a demandé si ça allait, je lui ai dit que oui, mais ça m’a coûté. Cédric m’a regardé d’un air désolé et je n’ai même pas compris pourquoi. Finalement Dan a eu pitié de moi parce qu’il m’a raccompagnée une heure en avance, en prenant Daisuke, toujours paumé. Je l’ai remercié, et il m’a serrée dans ses bras en me disant qu’il passerait demain pour voir si j’allais mieux et de me reposer entre-temps.  J’ai sourit et ai attendu qu’il se soit éloigné pour fermer la porte. J’ai amené Daisuke à une des nombreuses chambres de la maison en lui expliquant qu’on ne travaillait pas le lendemain et lui ai proposé de lui faire visiter la maison et la région. Il a l’air très sympa, et comme il est timide et que je connais ça, et ben je l’aide autant que je peux. Peut être que je vais pouvoir le décoincer un peu, comme l’ont fait les garçons du restaurant. Enfin. Du coup maintenant on est dehors, en train de parler japonais, et les gens nous regardent bizarrement. Et m*rde. Qu’est-ce qu’il fait là ? Ah. Il m’ignore. J’ai espéré un peu mais bon, il n’est pas décidé à me pardonner de n’avoir fait je ne sais quoi. De toute façon, s’il veut m’ignorer et s’il croit qu’il va gagner la guerre froide, il se trompe. J’ai pris Daisuke par le bras, et nous sommes passés sans que je ne lui adresse un regard. De toute façon, je savais déjà que je n’avais aucune chance, mais changer de comportement comme ça, il faut le faire quand même. J’ai du me tromper à son propos. 
_ Daisuke-kun, hayaku !
_ haï !
Il est mignon quad il sourit. Je sais qu’il a un mois de plus, mais il est tout innocent ! Il regarde tout comme s’il ouvrait les yeux pour la première fois. En même temps, c’est la première fois qu’il vient en France. D’ailleurs, il retourne au japon dans un mois pour l’anniversaire de son grand-père, et il m’a invitée à venir avec lui. Il veut me montrer le Japon, du coup je n’ose pas trop lui dire que j’y ai vécu pendant 5 ans. Mais c’est cool, parce que j’aurai tout juste fini mon stage. Je serai libérée de la méchanceté gratuite de David. Ah ! J’ai reçu un message de Gabriel ! Quel cochon, il ne m’a pas donné de nouvelles depuis… ben depuis que je suis ici. Je ne réponds pas… Je le lis juste.
« Salut poupoule… »
Ah non, il a quelque chose à m’annoncer ou à me demander. Dans tous les cas je ne vais pas aimer… Donc : 
« Salut poupoule, je sais, tu te dis que tu ne vas pas aimer, détrompes-toi ! Je voulais juste t’annoncer que mes parents partent en vacances avec mon frère et ma sœur chez ma tante à Lille, et j’ai réussi à les convaincre de me laisser ici, du coup j’ai pensé venir te voir. Dis-moi ce que t’en pense, bisous »

Alors là ! Kyaaaaaaaaaa je suis trop contente ! J’explique rapidement à Daisuke la raison de mon bonheur soudain tout en répondant à Gabi, malgré ma résolution de ne pas lui parler. Il est encore plus rapide à m’envoyer un nouveau message m’annonçant son arrivée demain. 

(Les paroles en vert sont en japonais)
_ Viens Daisuke-kun, on va faire les courses, Gabi arrive demain ! Je suis trop contente !
_ Il parle japonais ? 
_ Oui je lui ai appris. Il ne comprend pas tout et ne le parle pas aussi bien que toi, mais comme moi non plus, je suppose que ça ira. Ça te dit d’aller au restaurant demain pour fêter ça ?
_ Hai ! 
_ Génial. Ah j’ai une idée ! On pourra tous les trois dormir dans le salon, comme ça on regardera un film cool et après et ben on aura plus besoin de se lever pour retourner se coucher !

Il a l’air un peu perdu le petit Daisuke-kun. En même temps, il n’est surement pas habitué à ça, au japon, tout est toujours calme, en plus, après l’enfance, les gens rendent rarement visite aux autres, ou alors ils s’excusent platement de « déranger ». Du coup ça doit lui faire bizarre. Au début il n’a pas compris quand Cédric est passé pour nous remettre ses affaires. C’est sûr que si on ne lui a pas expliqué… 

***
Je me suis levée trop tôt ce matin ! Il n’était même pas huit heures ! Je suppose que c’est l’habitude de me lever pour aller au restaurant. Ou alors c’est juste à cause du rêve trop flippant que j’ai fait, dans lequel je me faisais poursuivre par le garde du corps d’un canadien milliardaire parce que j’ai osé dire à son fils que je ne l’aimais pas. N’empêche, si je ne m’étais pas réveillée, je serais morte dans le rêve ! Parce qu’il avait un flingue le type ! Enfin, tout ça pour dire que Daisuke s’est réveillé presqu’une heure après moi, et qu’il a eu l’air étonné de me voir. Il m’a fait un petit déjeuné typique japonais, vu que je n’avais pas encore mangé. C’était bon, mais le riz dès le matin, j’en raffole pas. Je préfère une bonne petite tranche de pain grillée au beurre et à la confiture de coing s’il y en a, avec un verre de jus de pamplemousse. J’ai horreur du Nutella, et je ne mange presque pas de chocolat. Enfin bref, maintenant il est onze heures, et j’attends Gabi avec Daisuke qui a insisté pour m’accompagner à la gare. Ah le voilà !
_ Gabi ! 
_ Ah ma Lydie chérie ! Je suppose que c’est Daisuke ? Hajimemashite
_ Haha, je crois qu’il se fiche de toi, d’après le petit sourire qu’il vient de faire. Daisuke, tu l’as vexé en rigolant.
_ Ah… Pallldon…
_ Kawai Daisuke-kun ! 
Un petit topo de la journée qui s’annonce en chemin vers la maison pour poser ses affaires et c’est parti pour un restaurant. Un petit truc en bord de mer ça peut être sympa.
_ Des moules ça te dit ? 
_ Parfait. 

***

Ah… c’était vraiment trop bon, mais je crois que j’en ai abusé. J’ai fait un petit résumé à Gabriel et il a été choqué du comportement de David envers moi. Après il m’a raconté sa semaine. Il paraît que son frère, Fred, n’a pas arrêté de demander de mes nouvelles, d’où la raison de son silence pour le faire enrager. En fait son frère à un an de moins que moi, donc deux de moins que Gabi, et essaye depuis trois ans de sortir avec moi, au grand désespoir de Camille, sa sœur jumelle qui ne peut pas me supporter. Gabriel dit que c’est de la jalousie. Je lui pique ses deux frères, il faut comprendre blablabla. Moi je dis qu’elle ne m’aime pas c’est tout. Je ne cherche pas à savoir pourquoi. De toute façon je ne l’aime pas non plus. Bref, Gabriel me fait toujours rire avec ses histoires de famille. Nous avons d’ailleurs traduit à Dai-kun (oui son nom était trop long alors j’ai abrégé) et malgré toute sa retenue, il n’a pas pu s’empêcher de rire non plus. Et maintenant nous préparons notre petite soirée de ce soir. Dai-kun et Gabi sont dans le rayon dvd pendant que je cherche une boisson. Coca… non je n’aime pas, je ne vais pas dépenser de l’argent pour les regarder en boire. Fanta ça a le goût de médicaments… ah du Sprite. Trop délicieux ! Parfait, il ne manque plus que je pop-corn. Du pop corn…. Miam trop bon. En fait, je veux peut être travailler dans la cuisine plus tard, mais ça ne m’empêche pas d’aimer aussi la malbouffe. Même si je préfère le bon restaurant du coin, dont je ne citerai pas le nom.

 
_ Enfin quand même ! Vous auriez pu éviter de prendre un film à quinze euros, un film débile aurait suffi ! En plus, je n’aime pas les films d’horreurs. Tu le sais. Mais bon, je te pardonne parce que je t’ai pas vu depuis longtemps et… AH ! Qui ose m’appeler quand mon portable est sur vibreur ! Ça me fait sursauter à chaque fois ! 
_ Décroche Ly et tais-toi…
_ En aurais-tu déjà assez de mes plaintes incessantes ? Il ne fallait pas devenir mon meilleur ami.
_ Grumjuongud…
_ Chut, c’est Dan.
_ C’est qui ça encore. Un autre de tes prétendants ?

_ Fais le taire s’il te plaitOui Allo ? 
_ Lydie, t’es où ? David te cherche.
_ Et ?
_ Et Cédric lui a dit qu’il venait de te voir avec un Daisuke et un autre jeune de ton âge qu’il n’a jamais vu, et David est parti te chercher dès que Cédric lui a dit que vous vous disputiez…
_ Mais vous êtes pas au restaurant, vous êtes tout le temps ensemble ou quoi ?
_ Non, mais Cédric a appelé David puis il m’a appelé en pensant avoir fait une bêtise. Si t’es dans le centre comme Cédric l’a dit, David ne va pas tarder à arriver, et apparemment, il est de mauvaise humeur.
_ Lydie ! 
_ Oui il est là… je te laisse. Qu’est-ce que tu veux ? 
Ok, je sais que je suis désagréable, mais déjà il est insupportable et ensuite il veut surveiller mes relations.
_ Cédric m’a dit que tu te disputais avec un gars plutôt balèze.
_ Alors, déjà je ne parlais qu’avec Dai-kun et Gabi, qui est mon meilleur ami, et même si je me disputais avec quelqu’un, je ne vois pas pourquoi tu aurais besoin d’intervenir.

POV omniscient

En entendant cela, David se dit qu’effectivement il n’avait pas le droit d’intervenir dans ses relations, mais son sang n’avait fait qu’un tour quand son ami lui avait annoncé qu’elle avait un problème. Il voulait cependant juste la sécurité de la jeune fille. Et même s’il ne l’avait pas montré le jour précédent, il voulait juste qu’elle ne s’embarque pas dans des choses ayant mauvaise allure. En plus, après avoir regardé le garçon en question, il n’était pas si costaud que ça. Il s’était juste encore fait avoir par son meilleur ami. Il se demanda alors si le fait qu’il se soit immédiatement précipité n’avait pas un rapport avec des sentiments qu’il pourrait éprouver envers la jeune stagiaire, avant de se dire qu’il l’a considérait juste comme une petite sœur, et que ça devait être pareil pour elle, mais qu’elle ne savait pas ce qu’était d’avoir un frère, et pensait donc ressentir autre chose. Il se détendit donc d’un coup et se mit à rire.
_ Pourquoi tu te moque de moi ?
_ Non, non t’inquiète, je me ne me moque pas de toi, mais tu sais, quand Cédric m’a dit que tu étais amoureuse de moi j’ai…
_ Cédric-a-dit-quoi ?
_ On non, murmura Gabriel un peu en retrait
_ Non, mais t’inquiète pas, j’ai compris maintenant. En réalité, tu me vois plus comme un grand frère. Sauf que tu ne t’en rends pas compte. Mais un jour tu vas avoir un déclic et là tu réaliseras.
Les yeux de Lydie commencèrent à s’embuer. Elle pensa que même si les paroles de David ne se voulaient pas méchantes, elles la blessaient profondément. En effet, elle avait l’impression qu’il rabaissait ses sentiments et qu’elle venait de se prendre le plus gros râteau de sa vie. Elle ne lui répondit pas, lui tourna juste simplement le dos, et s’éloigna, complètement sous le choc, le laissant dans l’incompréhension la plus complète. Gabi se décida à la suivre après avoir trucidé le crush de son amie du regard et entraîna Daisuke avec lui. Ils la retrouvèrent deux rues plus loin, en pleurs. Gabi s’approcha d’elle et la pris par la main avant de la guider doucement jusqu’à chez elle. De son côté, David rentra chez lui se demandant ce qu’il était arrivé à sa stagiaire, ne trouvant pas la raison pour laquelle elle avait eu une telle réaction. Il appela Cédric et lui raconta les faits. Celui-ci, agacé par son comportement lui cria presque qu’il était complètement stupide et que tout le monde avait remarqué qu’elle était amoureuse de lui, alors il avait très certainement heurté ses sentiments.
_ Mais qu’est-ce que tu veux que je fasse ! Une gamine de dix-sept ans qui tombe amoureuse de moi ! J’ai douze ans de plus Cédric. C’est énorme ! Est-ce que tu réalises ? Ça veut dire que si, je dis bien si, si je partageais ses sentiments, je risquerais la prison ! Tu imagine le regard des autres ? En plus quoi, elle est tombée amoureuse seulement parce que je suis plus âgé, je me comporte surement avec elle de la même manière qu’un ami !
_ Tu crois vraiment qu’un simple ami se serait autant angoissé jusqu’à aller la chercher s’il la croyait en danger ? 
_ Mais je n’aurais rien à lui offrir ! Je n’ai pas un revenu extraordinaire, je ne suis pas beau…
_ Les filles te courent après.
_ C’est faux ! De toute façon, je ne vois pas ce qu’elle me trouve, et il faut qu’elle se fasse à l’idée que ça ne peut pas être réciproque.
_ Tu sais David, ce n’est pas elle qui m’appelle pour me parler de toi pendant plus de dix minutes. Et pour répondre à ce que tu m’as dit tout à l’heure, le fait qu’elle soit souvent seule l’a rendue plus mature que n’importe quelle autre fille de son âge.
_ Mais elle n’est pas n’importe quelle autre fille de son âge !
_ Exactement. Mais ça, tu es le seul à ne pas l’avoir remarqué plus tôt. D’ailleurs… non, rien, bonne nuit.
Et il raccrocha. Aussi stupide que cela puisse paraître, il avait remarqué qu’il ne se comportait pas vraiment en grand-frère avec toutes ses petites attentions discrètes. Et il avait aussi remarqué que d’autres que lui seraient prêts à aller la voir s’il n’ouvrait pas les yeux plus tôt. Mais David n’ouvrirait pas les yeux. En tout cas pas tout de suite. Parce qu’il avait peur des conséquences. Mais ça, il ne l’avouera pas.

 

Marie

Repost 0
Published by aupaysdesdramas - dans fanfictions dans un restaurant
commenter cet article
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 18:27

POV Lydie


Oh non ! Pourquoi mon réveil n’a-t-il pas sonné ? Je vais être en retard et David va me crier dessus encore une fois. Vite vite, une douche rapide, tant pis, je ne me sécherai pas les cheveux.


DING DONG
J’arrive. Je me précipite sur la porte pour lui ouvrir, les cheveux trempés, ma tartine dans une main et mes converses vaguement enfilées en pantoufles.
_ Je suis vraiment désolée, je suis prête on peut y aller.
_ Hep, hep, hep, où crois-tu aller comme ça mon petit ? Tu vas te sécher les cheveux immédiatement
_ Mais David, vite, on va être en retard… non on est en retard ! Que vont dire les autres si on arrive en retard ensemble ?
_ Que nous avons vécu une folle nuit d’amour et que, épuisés, nous n’avons pu nous lever plus tôt.
Quelle excuse géniale. Enfin, si elle avait été vraie. Parce que là, aucun intérêt.
_ Je rigole…
OH ! Il rougit… ah tiens, je crois que moi aussi.
_ Lydie, je rigole ok ? Ne répète pas ça, sinon je vais me faire envoyer en prison pour tentative de détournement de mineur. Non, bien sûr que non, je dirai juste que j’étais en retard et que je t’ai vu courir sur le bord de la route à 5 km du restaurant, et que donc je t’ai proposé de venir avec moi. De toute façon, comme t’es tout le temps en retard, personne ne dira rien. Et Bryan ne viendra pas m’embêter.
_ Bryan t’embête ?
_ Tu ne te rends pas compte ! Il est aux petits soins pour toi et a dit qu’aucun garçon n’était autorisé à t’adresser la parole, à part lui.
_ Pardon ?
_ T’étais pas au courant ? Ben j’avais remarqué qu’il venait me voir à chaque fois que je parle à qui que ce soit mais… attends, je travaille toute la journée avec Pierre et Alexandre !
_ Ah oui. Ils sont gays. Mais ne t’es pas avec Bryan ?
_ Tu rigole j’espère ? Je ne peux pas le supporter. Limite je le préférais méchant que collant. Là il est invivable ! Pourquoi ? T’es jaloux ?
_ … T’es vraiment bête quand tu t’y mets.
_ Merci… Bon, attends-moi là, je vais me sécher les cheveux vite-fait.


***


Incroyable ! Je ne peux pas croire qu’il empêche qui que ce soit de me parler ! Ça va être le stage le plus pourri de ma vie s’il continue ! M*rde ! C’est trop chaud ce truc. J’y pense, c’est la première fois que j’ai une conversation normale avec David depuis le début de mon stage ! C’est trop bien ! Ah, il faut que je me dépêche, sinon on va arriver une heure en retard.
_ David c’est bon j’arrive !
Tiens. Pas de réponse. D’abord il est où ? Pitié, pas dans le salon… et m*rde. J’ai déjà dit à Viviane de ne pas mettre de photos de moi là… En plus comme je suis sa seule petite fille, il n’y a que des photos de moi… enfin non, d’elle aussi. Et une ou deux de mes parents, mais bon comme ils se sont disputés. Ah je m’égare encore. Ça ne va pas du tout.
_ David on y va ?
_ Oui oui… Dis moi, c’est fou comme t’as changé depuis cette photo !
_ J’avais douze ans.
_ Ah je vois. Très mignonne celle-là Ly.
_ Hein ? Oh non.
La photo la plus embarrassante de ma vie. Je ne comprends même pas pourquoi elle est là. L’an dernier elle a fait une sorte de carnaval, et elle m’a forcée à me déguiser en mariée, pour me montrer à ses amies. Et puis elle a osé me dire qu’elle voulait pourvoir me voir en mariée avant sa mort. Tu parles. Elle nous enterra tous. Et puis ça va, elle n’a que soixante-dix ans… bon, ok ce n’est pas tout jeune, mais pour une grand-mère, et puis, avec tous les progrès de la médecine, elle a le temps. C’est d’ailleurs ce que je me tue à lui répéter. Bref.
_ David, c’est pas drôle, on y va.
_ Non ça ne l’est pas. Tu m’inviteras à ton mariage ?
_ Si je me marie un jour, surement.
Ah oui, David, tu seras même le marié. Mouahaha. Non. Mais j’ai le droit de rêver.


***

C’est cool, l’excuse à bien marché ! AAAAAHHHHHHHHHH ! Cédric est déjà là ! Mon petit canard ! C’est qui ça ? Un asiatique ! Ah il est trop beau… Bien sûr, pas autant que David, mais bon… peut il qu’il parle chinois ? Ou Coréen ? Ou encore mieux : Japonais ? Enfin, ce serait un peu débile d’espérer.
_ Ah Ly ! Ça fait trop longtemps ! Comment ça va ? 
_ Je suis trop contente de te voir ! Tu sais que j’étais triste quand j’ai vu que tu n’étais pas là quand je suis arrivée ? J’ai eu peur que tu sois parti, mais David m’a dit que tu revenais aujourd’hui.
_ Mais oui, j’étais obligée de revenir avant mardi prochain n’est-il pas ? Bref, je te présente Daisuke, il vient du Japon et ne parle pas français. Comme je sais que tu te débrouille en japonais, j’ai pensé à toi pour l’aider à apprendre la langue au début, même s’il ne te reste que trois semaines ici. Tu sais où j’habite right ?
_ Oui bien sûr, pourquoi ? Il vit chez toi ? Sinon je suis toute seule à la maison, il peut venir ma grand-mère m’a appelée hier soir pour me dire qu’elle partait avec Edward en Alaska… n’importe quoi ! Qui part en Alaska pendant les vacances d’été ? C’est complètement stupide ! Je serais partie en Thaïlande et…
_ Ly ! Arrête ça ! David, pourquoi tu lui as pas dit que je ramenais un apprenti d’Asie ?
_ Parce que j’étais pas au courant qu’elle parlait japonais ! 
_ T’es jaloux Davidou ? Je vais le dire à ta femme.
Tiens, il a l’air étonné. Il pensait peut être que je ne le savais pas. 
_ De toute façon, reprend Cédric, je vais pas te laisser vivre seule avec un garçon, surtout qu’il n’a qu’un mois de plus que toi et deux adolescents tous seuls…
Je ne l’écoute plus. Lui est ses blagues perverses. En plus Daisuke a l’air complètement perdu. Le pauvre. Je vais lui parler.

Pov Omniscient

Pendant que Lydie s’adressait en japonais au jeune garçon, plus qu’heureux de trouver quelqu’un de son âge qui parle sa langue, Cédric et le chef se dirigèrent vers la cuisine et commencèrent à travailler, après avoir décidé d’un accord tacite de laisser les deux jeunes discuter. Après avoir raconté son voyage à son ami, il lui demanda ce qu’il s’était passé depuis le début de la semaine. Il fut étonné d’apprendre le « rapprochement » de Bryan et de Lydie et ne put s’empêcher de rire en entendant son ami lui rapporter les paroles de la jeune fille en ce qui concernait leur nouvelle relation à sens unique, avant de se décider à aborder les sujets fâcheux.

_ Alors, avec Lydie ? Tu ne me feras pas croire votre histoire de « je l’ai vue sur le bord de la route et j’ai décidé de l’aider, moi chevalier au grand cœur ».
_ Ah m*rde. Elle m’avait dit que ça marcherait pas. Au départ je voulais vous dire qu’on avait passé une folle nuit d’amour, mais elle voulait pas.
_ Ah donc ca y est ?
_ Ça y est quoi ? Non, en fait je lui ai juste dit hier soir que je viendrai la chercher ce matin, et comme elle avait les cheveux trempés, je l’ai forcée les sécher avant de sortir.
_ Ah… C’est tout. Mais pourquoi tu vas la chercher ? Il y a forcément quelque chose, sinon tu la laisserais courir tous les matins n’est-ce pas ?
_ Quoi ? … Non mais ça va pas ? Elle a dix-sept ans Cédric ! Elle est même pas encore majeure ! Tu dis vraiment n’importe quoi. Arrête de dire des choses comme ça, je vais finir par me faire arrêter moi ! Je vais la chercher juste parce que c’est dangereux ! D’ailleurs, tu gardes le petit chinois chez toi, sinon elle va se faire violer elle va pas comprendre.
_ Non mais tu rigoles ? T’as vu comment t’es jaloux dès qu’on sait quelque chose que tu ne sais pas ? En plus, Dan m’a raconté la tête que tu as faite quand il a fait croire qu’ils étaient ensemble, et ta réaction quand elle a dit qu’il était trop vieux pour elle. Sachant que t’as le même âge que lui… En plus il est japonais, et il ne se passera rien. T’as qu’à y aller aussi si t’as peur.
David s’arrêta de couper la viande en entendant ça et se mit à réfléchir. « Si je vais chez elle, il ne se passera rien ! En même temps, ça ferait bizarre si un vieux de trente ans allait squatter chez une petite collègue stagiaire. Il faut que je demande à une fille… Sauf qu’il n’y en a pas ici… Ah ! Je vais demander à Amandine ! » Il lui envoya un rapide message sous le regard suspicieux de son ami et sourit en recevant la réponse.
_ Non Cédric, je n’irai pas. En revanche Amandine si. LYDIE !
Celle-ci lui répondit de la plonge où elle se trouvait avec Daisuke qui la trouvait fort sympathique et jolie.

_ OUI ? T’ES OU J’ARRIVE ?
Elle se prit une tape sur la tête par Dan qui lui dit d’arrêter de beugler et que David était côté viande. Il fit un rapide signe de tête au jeune asiatique qu’il vit regarder intensément la jeune fille sans qu’elle s’en aperçoive et se dit qu’il fallait prévenir les deux autres. Il envoya ensuite Alexandre pour qu’il prenne le relai pendant que l’adolescente rejoignait l’amour de sa vie et le meilleur ami de celui-ci.
Lydie faillit déraper en arrivant dans la salle froide et se fit rattraper par Cédric qui sourit en admirant l’œil noir de son ami.
_ Qu’est-c’qu’y à ?
_ Surveille ton langage je te prie. 
_ Oh c’est bon, c’est pas avec vous qu’on va réviser le dictionnaire avec vos blagues salaces et les gros mots, rétorqua la Lydie
_ Peut être mais t’es une fille, répondit Cédric. Et une fille qui parle mal, c’est pas beau, et ça trouve pas de mari.
_ C’est bon, je me marierai pas si ça se trouve.
_ Ah recommence pas ! 
_ Mais c’est vrai ! 
_ De quoi ? S’interposa le chef
_ Elle se trouve moche.
_ Non, je ne me trouve pas moche, je ne me trouve juste pas belle.
_ En tout cas, le petit chinois… dit Dan en passant
_ Japonais ! S’exclamèrent les deux qui étaient en train de se chamailler juste avant.
_ Ouais lui, ben en tout cas lui n’est pas de cet avis si tu veux savoir.
_ Parce que tu parles japonais toi ? 
_ Non, mais c’était pas compliqué à deviner.
Pendant qu’ils recommençaient à se disputer gentiment, David ne pu s’empêcher de penser que la jeune fille n’était pas moche pour deux sous, loin de là, avant de se rappeler le pourquoi il l’avait appelée. Il lui exposa son idée qu’elle accepta en grommelant plus pour la forme qu’autre chose, parce qu’elle était bien contente qu’il se soucie de sa sécurité. En plus comme ça elle pourrait s’entraîner à parler japonais. Ça fait longtemps qu’elle ne l’avait pas parlé (une semaine…). Cédric soupira devant les deux têtes de mule, et alors que Lydie repartait nettoyer les casseroles, David se souvint qu’elle avait parlé d’une femme.
_ Dis-moi Cédric, j’ai entendu dire que j’avais une femme… J’ai pas trop compris là, ne voudrais-tu pas éclairer ma lanterne ?
_ Euh ben en fait… tu t’énerves pas hein ? 
_ Cédric …
_ Je te raconte mais tu t’énerves pas. En fait l’année dernière, t’as dit en parlant d’une connerie qu’ont fait Paul et Charles, les deux anciens apprentis, « même ma fille de trois ans ne ferait pas un truc comme ça ». Et elle n’a pas réalisé que c’était imagé, et l’a pris à la lettre. Après elle m’en a parlé, et j’ai dit que t’avais une femme et une fille, pour rigoler tu vois. Je pensais pas que ça la marquerait, et c’est à ce moment là qu’elle m’a dit qu’elle était am… Bref. (Il fit signe de regarder sa montre). Je dois y aller. Il s’arrêta en réalisant que son excuse bidon ne tenait absolument pas la route étant donné que le service venait de commencer, soupira et retourna travailler sous l’œil abasourdi de David.
_ Tu veux dire qu’elle pense que je suis marié ?
_ Bien… oui. Pardon. 
_ Qu’est-ce que t’allais dire à la fin ? Quand tu as coupé ton mot au milieu ? Elle est amoureuse ? De qui ? 
_ De toi espèce de crétin ! De toi ! T’es vraiment bigleux si tu vois rien. Et quand je pense que je te l’ai dit. Elle me faisait confiance…
David n’écoutait déjà plus. Il ne comprenait pas comment elle pouvait ressentir quoi que ce soit pour lui, vieil homme de trente ans comme il aimait s’appeler lui-même pour rigoler. Il se dit qu’il fallait que cela change et que pour cela il devait devenir désagréable, même si c’était complètement contre sa nature. 

 

Marie

Repost 0
Published by aupaysdesdramas - dans fanfictions dans un restaurant
commenter cet article
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 18:23

Mon Dieu, depuis que je reparle à Bryan, il ne fait que me coller, je ne peux même plus parler à quelqu’un du restaurant… qui soit masculin, et ça fait déjà trois jours. Nous sommes donc samedi. Heureusement je travaille le dimanche et lui non, du coup demain je serai toute seule avec David, Dan et les autres. Enfin, je sais que je ne pourrai pas vraiment discuter. D’ailleurs je ne comprends pas pourquoi David me fait la tête. Depuis qu’il sait que je me suis réconciliée avec Bryan. En réalité, je suis allée lui dire toute contente, en pensant qu’il me « féliciterai » parce que c’est lui qui voulait que les choses s’arrangent entre nous, mais maintenant il ne m’adresse même plus la parole et me fait travailler avec Pierre et Alexandre. Bon ils sont super sympas, c’est vrai, mais côté conversation, à part les filles, les blagues salaces et des questions sur une relation possible entre moi et Dan ou bien moi et Bryan... Ben rien. C’est bien ma veine. En plus, c’est vrai que je n’en ai parlé à presque personne, mais je suis plus attirée par David. Qui lui, ne le sait pas. Les seuls à qui je l’ai dit sont : mon meilleur ami : Gabriel, et Cédric, le meilleur ami de David, un jour où j‘étais en train de déprimer. Il m‘a promis de ne rien dire. Gabi a d’abord cru que je rigolais, puis il m’a dit d’abandonner. D’ailleurs on ne s’est plus parlé pendant une semaine après ça, jusqu’à ce qu’on se croise en soirée chez une fille du lycée. C’était tellement pourri qu’on a recommencé à parler. Et il s’est excusé aussi. D’ailleurs il vient dans deux semaines. J’ai encore changé de sujet, ça ne va pas du tout… Bref, la question la plus importante est : comment en suis-je venue à tomber amoureuse d’un homme plus âgé ? La réponse est simple. En réalité, je n’en ai peut être pas l’air, mais je suis une fille assez timide au départ. Maintenant je les connais les gens du restaurant, donc on parle bien, je ne me mets plus vraiment de limite, en revanche, au départ c’était autre chose. Bien sûr, ils étaient sympas, mais ils ne me parlaient pas vraiment, alors quand je cherchais un objet dans les nombreuses plonges ou un aliment dans les cinq chambres froides, je ne savais jamais à qui m’adresser. Et puis un jour, où je n’étais pas avec le chef, parce qu’ils me faisaient alterner, Cédric, qui n’est pas encore arrivé, m’a demandé de faire les pêches au four pour les placer sur les filets-mignons. Je vais chercher des pêches et commence à les couper en deux, puis chaque partie en quatre. Je fis le sirop et attendit. Quatre heures plus tard… je sais vous vous fichez de l’histoire, mais il faut que je vous mette dans le contexte. Donc, quatre heures plus tard, je veux ressortir les pêches du sirop. Le problème était que, ben le sirop ça glisse, du coup je n’arrivais pas à les attraper. Et à ce moment là, David est passé derrière moi en mettant sur ma boîte une louche. Vous savez, celles qui font passoire. Il ne m’a rien dit. Il l’a juste posée là. Un autre jour, j’étais en train d’évider les pommes, mais je n’avais pas amené mon vide-pomme, du coup je les coupais en quartier avant de les éplucher et d’enlever les pépins. Et puis il est passé et m’a tendu le mien. Vous connaissez beaucoup de chefs qui prêtent leurs ustensiles de cuisine ? Bon ok, c’est un petit truc pourri mais quand même. Finalement, les pommes j’ai du les mettre au four. Puis les ressortir trois-quarts d’heure plus tard. Une fois de plus, je commence avec les mains, je me brûle, mais je n’ai pas le choix je continue. Et là je vois une spatule se déposer sur mon plat. J’ai levé les yeux et vis David s’éloigner comme si de rien n’était vers la poissonnerie. Pour lui ce n’était sûrement rien. Mais pour moi si. Je sais c’est nunuche, et quand on voit un passage comme ça dans un film on a envie de taper la fille tellement elle semble cruche avec ses petits cœurs dans les yeux. Ben finalement ça m’est arrivé aussi. Je ne l’aurais juste jamais cru.


POV omniscient


Après avoir passé toute la matinée et une partie de l’après-midi avec Pierre et Alexandre sous l’œil attentif de Bryan, Lydie sortit pour rentrer chez elle. Elle en était environ au tiers du chemin lorsqu’elle vit une voiture s’arrêter sur la route à côté d’elle. Pas méfiante pour deux sous, elle s’en rapprocha, pensant avoir affaire à un touriste perdu, chose peu rare dans la région avant de se rendre comte qu’elle était en réalité en présence de David.
_ Qu’est-ce que tu fais là ?
_ Tu rentres à pied tous les jours ? Demanda-t-il en guise de réponse.
_ Ben oui, je n’ai pas encore passé mon permis alors je ne vois pas comment je pourrais faire autrement
_ Tes parents ne peuvent pas venir te chercher ?
_ Non, ils sont restés travailler à Paris.
_ Donc t’es toute seule en vacances ? Fit-il ébahi.
_ Techniquement non, je suis avec ma grand-mère, mais en pratique oui parce qu’elle est partie hier chez son nouveau copain et revient mercredi prochain.
_ Mais c’est impensable ! On ne laisse pas sa fille de dix-sept ans livrée à elle-même pendant les grandes vacances ! Surtout si elle doit travailler le matin… Bon attends entres, je te ramène chez toi avant que d’autres voitures arrivent. Et je ne te le proposerais pas si ça me dérangeait ajouta-t-il en voyant l’air réticent de la jeune fille qui fini par s’installer. Après tout, elle le connaissait et il n’avait jamais été bizarre avec elle, si ce n’est qu’il fut particulièrement froid les trois derniers jours. En plus elle était amoureuse de lui alors… pourquoi refuser une petite virée à deux ?
_ Bref, reprit-il, où habites-tu ?
Pendant qu’elle lui indiquait le chemin, il ne pouvait s’empêcher de penser à ce qui aurait pu se passer si ce n’était pas lui mais un fou furieux qui l’avait abordée, et chassa les images qui s’imposaient alors à lui en se promettant de faire attention. Arrivée chez elle, Lydie sorti de la voiture après l’avoir remercié, gênée.

_ Attends !
_ Oui ?
_ Demain, sois prête à 6h, je viendrai te chercher.
Puis il démarra. Alors qu’elle voulait se réjouir d’avoir enfin pu s’entretenir normalement avec David, Lydie ne pu s’empêcher de déprimer en pensant aux douze longues années les séparant. Et surtout à sa famille.

 

 

Marie

Repost 0
Published by aupaysdesdramas - dans fanfictions dans un restaurant
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 00:19



POV Lydie


Enfin ! Fini les examens, fini les cours, fini les profs ronchons qui ne m’aiment pas, bonjour les deux mois de vacances ! Bonjour le travail d’été ! La plage, le soleil, la famille, et peut être les amis ! Je dis ça mais je sais déjà que je n’aurai pas beaucoup de temps à moi pendant les vacances. J’ai déjà un boulot. Dans le même restaurant que là où j’ai fait mon stage l’an passé. À seulement dix-huit ans (enfin, j‘aurai dix-huit ans dans exactement deux semaines), je sais que j’ai de la chance d’y avoir une place. Ce n’est peut être pas un 3 étoiles, mais la salle est toujours pleine, les serveurs débordés, et la cuisine, même pas la peine d’y penser. Ce que je trouve génial, c’est que j’y ai ma place. Au départ je devais faire la plonge, mais le chef m’aime bien, et il a tenu tête au gérant pour que je puisse travailler dans ce qui me plaît, comme tout le monde. Le chef. David. J’avoue que s’il avait douze ans de moins… non, même avec ses 30 ans je le trouve parfait. Mais bon, il a quand même douze ans de plus que moi. Et il est marié. Et il a un enfant. Et j’ai dix-huit ans. Je n’existe qu’en stagiaire pour lui. En même temps… je n’ai pas vraiment quoi que ce soit de spécial. Aish. Il faut que j’arrête de me triturer l’esprit. Si ça se trouve il est devenu moche et méchant…J’en doute mais bon. Bref, trêve de pensées stupides et inutiles, si je ne me dépêche pas un peu, je vais finir par rater mon train.


POV omniscient


Arrivée à la gare, Lydie se précipita vers sa grand-mère venue l’accueillir. Elle est d’origine charentaise mais ne peut venir dans cette région que pendant les vacances, à son plus grand damne. Elle chargea ses affaires dans la voiture et rejoignit sa grand-mère à l’avant. Le sujet porta sur ses examens, et la grand-mère parut satisfaite en entendant sa petite fille lui affirmer avoir réussi. En réalité, elle savait avoir raté un des trois exercices en math, mais ne voulait pas inquiéter l’aïeule. Elles arrivèrent à la maison de cette dernière et discutèrent jusqu’à environ 22h, mais la plus âgée rappela à sa petite fille qu’elle devait travailler le lendemain matin. Celle-ci partit se coucher à contrecœur mais s’endormit comme une masse en quelques secondes.


Le lendemain : mercredi.


POV Lydie


Oh Mon Dieu ! Je suis en retard ! Le premier jour ! Je vais me faire tuer par David… Et si je n’y allais pas ?
_LYDIE !
Tiens, que veut donc cette chère mère-grand ?
_DEPECHE-TOI ! TU VAS ETRE EN RETARD !
… merci mamie… heureusement que t’es là, j’aurais jamais remarqué sinon. Bon tant pis, j’y vais quand même. Peut être que si…
_ Grand-mère ! Tu ne veux pas m’amener ? Juste aujourd’hui ?
_ Arrête de m’appeler grand-mère. Et non.
_ S’il te plait la plus belle femme du monde qui m’empêchera ainsi d’être en retard le premier jour….
Mouahaha, les yeux du chat botté marchent toujours.
_ C’est d’accord, mais c’est vraiment la dernière fois.
_ Ah je t’aime Viviane !
_ Oui oui je sais


Rha lala, c’était un peu… awkward dans la voiture. J’aime vraiment énormément ma grand-mère, mais je trouve ça un peu flippant quand elle me parle de ses nouvelles conquêtes. Le dernier s’appelle Edward m’a-t-elle dit. Oui ! Parce qu’en plus c’est un anglais ! Non je rigole. Du moment qu’elle est heureuse. Enfin. Ah ça y est… on est arrivée. J’ai envie d’y aller mais si je suis en retard… et s’ils avaient oublié que c’était aujourd’hui ? J’ai envoyé un mail la semaine dernière mais quand même ! En plus Je n’ai pas vu les cuisiniers depuis un an ! Ils m’ont surement oubliée. Bon, c’est vrai que David m’a aidée pour le stage, mais il était peut être juste sympa… Aish je ne sais pas et ça m’énerve, j’ai horreur d’être dans le doute et…
_ Bon Lydie chérie, j’ai rendez-vous avec Edward, alors je te prie de te dépêcher de sortir. Merci encore mémé. Tu es vraiment adorable.
_ Oui, t’inquiète j’y vais, je rentre vers seize heure, je ne fais que le premier service, à plus tard, et amuse-toi bien… et ne me raconte pas si ça va plus loin que se tenir la main !
_ Bien sûr que ça ira plus loin ! Edward et moi avons déjà…
Heureusement qu’il est encore possible de couper court à une conversation en claquant les portes. Sinon mon esprit pur et innocent serait complètement moisi et enverrai une odeur fétide aux alentours. Bon ok peut être pas tant que ça. Mais je tiens à préciser que je suis encore… enfin voilà quoi vous voyez. Surtout que je n’ai jamais eu de petit-copain. Ce n’est pas que je suis moche, mais je n’ai pas vraiment un caractère de fille alors… Attendez, la prochaine fois que je pars en hors-sujet, ce serait sympa que vous me fassiez signe, parce que là je m’égare. Déjà que je suis en retard alors là… bon à trois j’y vais. Un ; deux et … trois !
_ Bonjour désolée je suis Lydie et…
_ C’est bon Lydie on te connaît, fait une voix pas totalement inconnue.
_ DAN !
_ C’est moi ma puce comment ça va ? Tu ne me dis pas bonjour comme avant ?
Ok arrêt sur image. Dan a 27 ans et il est absolument adorable. C’était le premier à me parler quand les autres m’ignoraient complètement, à part David qui m’avait d’ailleurs prise comme sa stagiaire attitrée. Play.
_ Ça va, ça va ! Je suis trop contente de te voir !
_ Moi aussi ! Ça mérite un câlin !
Haha, j’adore ce type. En plus il est mignon comme tout. Du coup bah câlin. Ah… confortable…
_ Ben Dan ! Tu ne nous présente pas ?
_ Ah pardon les mecs, c’est vrai que vous ne connaissez pas Lydie. C’est ma petite-copine. On a commencé à sortir ensemble l’an dernier alors qu’elle a fait son premier stage ici et…
_ Dan t’es où ? Et où sont encore passés Pierre et Alexandre encore entrain de fum… Lydie ? Tu es enfin là ? Tu sais que tu es en retard j’espère. C’est la dernière fois que je tolère ça. Maintenant viens me dire bonjour !
Pas besoin de me prier pour ça David. Hep hep hep ! Une bonne chose de faite !
_ Attends David, tu drague la copine de Dan ? Demande un des deux garçons dont je ne connais toujours pas le nom
_ Tu sors avec Dan ? Il semble complètement paumé là, le pauvre.
_ Bien sûr que non. Il vient de leur dire ça pour rigoler, mais il est un peu vieux pour moi.
Je dis ça pour rigoler bien sûr, mais David semble ne pas prendre ce que je dis à la légère et me repousse un peu mettant fin à notre amicale embrassade, dans mon incompréhension la plus totale.
_ Bref, reprend Dan m’empêchant de me concentrer plus sur le pourquoi je me suis fait repousser par l’amour de ma vie (qui ne sait soit-dit-en-passant pas qu’il l’est, parce qu’il a une enfant et une femme), Lydie je te remercie d’avoir mis ma petite blague à l’eau alors qu’elle n’a pas commencé, et je te présente Alexandre (grand brun d’une vingtaine d’année au visage plutôt banal), et Pierre (blond de taille moyenne … disons qu’il ne sied pas à mes goûts). Ils travaillent ici depuis deux mois. Ils étaient trois au départ, mais Kevin s’est fait renvoyer par David pour manque de respect.
_ Oh David, je serai sage, s’il te plait, sois gentil avec moi ! Ne me renvoie pas s’il te plaît !
_ Oui enfin toi tu n’es là que pour un mois, et tu ne fais que le premier service jusqu’à ton anniversaire, je ne vais pas te voir beaucoup, je ne vois pas comment tu peux m’énerver… Ah, en revanche Lydie, Bryan est toujours là, alors s’il vous plaît, vous ne vous disputez pas cette fois-ci…
_ J’ai entendu mon nom ?
Ah mince, il est là. Je hais ce type. Je ne sais absolument pas pourquoi, c’est viscéral. Je ne peux pas le voir sans m’énerver.
_ Oh Lydie comment ça va ma chérie ?
_ S’il te plaît Bryan, ne commence pas.
_ Lydie ! Bon, trêve de bavardages, il est temps de se mettre au boulot. Ly, tu vas chercher un uniforme en haut, Paulette t’attend, elle est au courant de ta venue. Cédric arrivera plus tard si tu veux savoir, et tu travaille avec moi comme l’an dernier. Donc les tomates first.
_ Ça marche !


POV omniscient


Après avoir revêtu un uniforme fort peu seyant composé d’un pantalon à carreaux d’un grand t-shirt blanc et d’un tablier bien trop grand appartenant au beau David, Lydie se précipita dans la cuisine et rejoignit le chef déjà débordé. Dan, le pâtissier lui fit un rapide geste de la main en lui lançant un petit sourire et se concentrai à nouveau sur son travail. Connaissant déjà la cuisine come sa poche pour y avoir travaillé deux semaines, Lydie se rendit dans l’une des quatre chambres froides pour récupérer les tomates. Elle fit sa persillade avec laquelle elle remplit une boîte destinée aux sauces, récupérée à la plonge avant d’entreprendre le « dépiautage » des tomates. Après les avoir toutes coupées en deux, elle les enduisit de persillade et les rangeai avec la date dans une autre chambre froide, située près de la « poissonnerie » des cuisines. C’est à ce moment là que Bryan arriva :
_ Ecoute Lydie, je sais qu’on n’est pas partis sur des bonnes bases…
_ Ça c’est le cas de la dire…
_ S’il te plaît, laisse moi parler, j’essaye d’arranger les choses.
Lydie acquiesça, pensant que s’il avait décidé de faire un effort, elle le pouvait aussi.
_ En réalité, reprit-il, au départ je ne t’aimais vraiment pas, puis je me suis rendu compte que tu n’avais pas décidé de faire de la cuisine parce que tu ne savais pas quoi faire d’autre…
_ Bien sûr que non !
_ Lydie ! Bref, étant donné que c’est moi qui ai lancé les hostilités, j’ai pensé que je pouvais demander la trêve moi-même. Qui sait, on pourrait même être amis non ? Bon c’est sûr, pas tout de suite, mais on est assez proches côté âge, je veux dire, toi et tes dix-huit ans et moi avec mes 21 ans…
_ J’en ai dix-sept !
_ C’est pareil. T’es d’accord ? On signe l’armistice ?
_ Euh oui…


POV Lydie


J’avoue que la demande que vient de me faire Bryan est extrêmement étonnante, mais bon, le plus incroyable dans tout ça c’est que j’ai accepté… Peut-être que je n’aurais pas du…

Marie

Repost 0
Published by aupaysdesdramas - dans fiction dans un restaurant
commenter cet article
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 23:57

Personnages principaux :

Lydie : Jeune fille de presque 18 ans, Lydie est amoureuse de la mauvaise personne et travail pour l'été dans son restaurant préféré. elle a habité 5 ans au Japon, et le parle donc assez bien.

Gabriel : 19 ans, meilleur ami de Lydie, grand-frère de Fred et Camille. Parle japonais grâce à Lydie.

David : Chef de 30 ans au restaurant, très beau, gentil mais un peu naïf sur les bords de temps en temps.

Cédric : Meilleur ami de David, confident de Lydie au restaurant.

Dan : Pâtissier un peu pince sans rire, mais qui adore Lydie, et c'est réciproque.

Pierre et Alexandre : Deux apprentis, ils sont ensemble.

Daisuke ; Apprenti ramené du japon par Cédric. Sous le charme de Lydie.

Bryan : Ennemi juré de Lydie... ou plutôt le gars absolument insupportable qui ne travaille heureusement pas le dimanche.

voilà pour ma prochaine fiction

Marie

Repost 0
Published by aupaysdesdramas - dans fiction dans un restaurant
commenter cet article

Présentation

  • : blog au pays des dramas
  • blog au pays des dramas
  • : c'est un blog qui parle de dramas, de mangas, de cuisine, de musique, et peut être, avec le temps d'autres choses...
  • Contact

Profil

  • aupaysdesdramas
  • on est deux à faire ce blog, on est jeunes, et on a la vie devant nous, ce qui veut dire plein de temps pour aller au japon, en corée...
  • on est deux à faire ce blog, on est jeunes, et on a la vie devant nous, ce qui veut dire plein de temps pour aller au japon, en corée...

Recherche

Archives