Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 18:23

Mon Dieu, depuis que je reparle à Bryan, il ne fait que me coller, je ne peux même plus parler à quelqu’un du restaurant… qui soit masculin, et ça fait déjà trois jours. Nous sommes donc samedi. Heureusement je travaille le dimanche et lui non, du coup demain je serai toute seule avec David, Dan et les autres. Enfin, je sais que je ne pourrai pas vraiment discuter. D’ailleurs je ne comprends pas pourquoi David me fait la tête. Depuis qu’il sait que je me suis réconciliée avec Bryan. En réalité, je suis allée lui dire toute contente, en pensant qu’il me « féliciterai » parce que c’est lui qui voulait que les choses s’arrangent entre nous, mais maintenant il ne m’adresse même plus la parole et me fait travailler avec Pierre et Alexandre. Bon ils sont super sympas, c’est vrai, mais côté conversation, à part les filles, les blagues salaces et des questions sur une relation possible entre moi et Dan ou bien moi et Bryan... Ben rien. C’est bien ma veine. En plus, c’est vrai que je n’en ai parlé à presque personne, mais je suis plus attirée par David. Qui lui, ne le sait pas. Les seuls à qui je l’ai dit sont : mon meilleur ami : Gabriel, et Cédric, le meilleur ami de David, un jour où j‘étais en train de déprimer. Il m‘a promis de ne rien dire. Gabi a d’abord cru que je rigolais, puis il m’a dit d’abandonner. D’ailleurs on ne s’est plus parlé pendant une semaine après ça, jusqu’à ce qu’on se croise en soirée chez une fille du lycée. C’était tellement pourri qu’on a recommencé à parler. Et il s’est excusé aussi. D’ailleurs il vient dans deux semaines. J’ai encore changé de sujet, ça ne va pas du tout… Bref, la question la plus importante est : comment en suis-je venue à tomber amoureuse d’un homme plus âgé ? La réponse est simple. En réalité, je n’en ai peut être pas l’air, mais je suis une fille assez timide au départ. Maintenant je les connais les gens du restaurant, donc on parle bien, je ne me mets plus vraiment de limite, en revanche, au départ c’était autre chose. Bien sûr, ils étaient sympas, mais ils ne me parlaient pas vraiment, alors quand je cherchais un objet dans les nombreuses plonges ou un aliment dans les cinq chambres froides, je ne savais jamais à qui m’adresser. Et puis un jour, où je n’étais pas avec le chef, parce qu’ils me faisaient alterner, Cédric, qui n’est pas encore arrivé, m’a demandé de faire les pêches au four pour les placer sur les filets-mignons. Je vais chercher des pêches et commence à les couper en deux, puis chaque partie en quatre. Je fis le sirop et attendit. Quatre heures plus tard… je sais vous vous fichez de l’histoire, mais il faut que je vous mette dans le contexte. Donc, quatre heures plus tard, je veux ressortir les pêches du sirop. Le problème était que, ben le sirop ça glisse, du coup je n’arrivais pas à les attraper. Et à ce moment là, David est passé derrière moi en mettant sur ma boîte une louche. Vous savez, celles qui font passoire. Il ne m’a rien dit. Il l’a juste posée là. Un autre jour, j’étais en train d’évider les pommes, mais je n’avais pas amené mon vide-pomme, du coup je les coupais en quartier avant de les éplucher et d’enlever les pépins. Et puis il est passé et m’a tendu le mien. Vous connaissez beaucoup de chefs qui prêtent leurs ustensiles de cuisine ? Bon ok, c’est un petit truc pourri mais quand même. Finalement, les pommes j’ai du les mettre au four. Puis les ressortir trois-quarts d’heure plus tard. Une fois de plus, je commence avec les mains, je me brûle, mais je n’ai pas le choix je continue. Et là je vois une spatule se déposer sur mon plat. J’ai levé les yeux et vis David s’éloigner comme si de rien n’était vers la poissonnerie. Pour lui ce n’était sûrement rien. Mais pour moi si. Je sais c’est nunuche, et quand on voit un passage comme ça dans un film on a envie de taper la fille tellement elle semble cruche avec ses petits cœurs dans les yeux. Ben finalement ça m’est arrivé aussi. Je ne l’aurais juste jamais cru.


POV omniscient


Après avoir passé toute la matinée et une partie de l’après-midi avec Pierre et Alexandre sous l’œil attentif de Bryan, Lydie sortit pour rentrer chez elle. Elle en était environ au tiers du chemin lorsqu’elle vit une voiture s’arrêter sur la route à côté d’elle. Pas méfiante pour deux sous, elle s’en rapprocha, pensant avoir affaire à un touriste perdu, chose peu rare dans la région avant de se rendre comte qu’elle était en réalité en présence de David.
_ Qu’est-ce que tu fais là ?
_ Tu rentres à pied tous les jours ? Demanda-t-il en guise de réponse.
_ Ben oui, je n’ai pas encore passé mon permis alors je ne vois pas comment je pourrais faire autrement
_ Tes parents ne peuvent pas venir te chercher ?
_ Non, ils sont restés travailler à Paris.
_ Donc t’es toute seule en vacances ? Fit-il ébahi.
_ Techniquement non, je suis avec ma grand-mère, mais en pratique oui parce qu’elle est partie hier chez son nouveau copain et revient mercredi prochain.
_ Mais c’est impensable ! On ne laisse pas sa fille de dix-sept ans livrée à elle-même pendant les grandes vacances ! Surtout si elle doit travailler le matin… Bon attends entres, je te ramène chez toi avant que d’autres voitures arrivent. Et je ne te le proposerais pas si ça me dérangeait ajouta-t-il en voyant l’air réticent de la jeune fille qui fini par s’installer. Après tout, elle le connaissait et il n’avait jamais été bizarre avec elle, si ce n’est qu’il fut particulièrement froid les trois derniers jours. En plus elle était amoureuse de lui alors… pourquoi refuser une petite virée à deux ?
_ Bref, reprit-il, où habites-tu ?
Pendant qu’elle lui indiquait le chemin, il ne pouvait s’empêcher de penser à ce qui aurait pu se passer si ce n’était pas lui mais un fou furieux qui l’avait abordée, et chassa les images qui s’imposaient alors à lui en se promettant de faire attention. Arrivée chez elle, Lydie sorti de la voiture après l’avoir remercié, gênée.

_ Attends !
_ Oui ?
_ Demain, sois prête à 6h, je viendrai te chercher.
Puis il démarra. Alors qu’elle voulait se réjouir d’avoir enfin pu s’entretenir normalement avec David, Lydie ne pu s’empêcher de déprimer en pensant aux douze longues années les séparant. Et surtout à sa famille.

 

 

Marie

Partager cet article

Repost 0
Published by aupaysdesdramas - dans fanfictions dans un restaurant
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : blog au pays des dramas
  • blog au pays des dramas
  • : c'est un blog qui parle de dramas, de mangas, de cuisine, de musique, et peut être, avec le temps d'autres choses...
  • Contact

Profil

  • aupaysdesdramas
  • on est deux à faire ce blog, on est jeunes, et on a la vie devant nous, ce qui veut dire plein de temps pour aller au japon, en corée...
  • on est deux à faire ce blog, on est jeunes, et on a la vie devant nous, ce qui veut dire plein de temps pour aller au japon, en corée...

Recherche

Archives